Lettres aux pédiatres

Publié le 19/03/2017
À la une

La Lettre aux pédiatres n° 154

La lecture complète de cette page est réservée aux cotisants.

Pour poursuivre la lecture de la page, connectez-vous ou inscrivez-vous.

L'adhésion au SNPF vous permet de bénéficier d'un espace dédié au sein du site (actualités, annonces, rubriques professionnelles).
L'adhésion est gratuite la première année d'installation, de collaboration ou de remplacement.

Lire aussi :

Lettre aux pédiatres21.03.2017

La Lettre aux Pédiatres n° 151

EDITORIAL: Envers et contre tous, notre ministre de la santé, dont le désir manifeste est de voir disparaitre la médecine libérale, a réussi
à faire adopter la loi de santé le jeudi 17 décembre 2016 par quelques députés. Nous avons pu sauver l’essentiel à l’article 16, qui met en place le médecin traitant pour l’enfant, le maintien du libre accès au pédiatre et l’absence de pénalité financière pour les parents en cas d’accès direct au pédiatre. Les modalités du parcours pédiatrique restent à fixer dans le cadre de la prochaine convention qui devrait se mettre en place vers septembre 2016.
Les récentes élections aux URPS censées être le reflet de la représentation des centrales syndicales se sont soldées par une forte abstention, et surtout n’ont accordé de réelle majorité à aucune centrale syndicale. Le résultat est que disposer d’une majorité nécessitera une alliance à trois dans de nombreuses unions; ces « mariages contre nature » s’effectuant souvent entre des syndicats que tout oppose, toute concession exigera des contre-parties. Ceci va profondément modifier le paysage syndical, compliquer la future négociation conventionnelle, et risquer de donner plus de pouvoir à ceux qui aimeraient voir disparaitre la pédiatrie de premier recours. Mais d’un autre côté, cela va obliger les centrales à se rencontrer, avoir des revendications communes et, osons l’espérer, présenter un front uni lors de la prochaine négociation.
Nul ne sait la place que prendront les mutuelles dans la prochaine convention. Ce qui est sûr, c’est qu’elles n’ont pas tenu leurs engagements notamment dans le cadre de la prise en charge du CAS. Elles veulent démanteler notre système de soins et prendre la main du parcours de santé. Axa s’est déjà positionnée et veut avoir la maîtrise des plateformes téléphoniques et du premier recours en proposant des consultations médicales téléphoniques lorsque « vous n’arrivez pas à joindre votre médecin traitant ». Par ailleurs, une poignée d’experts reconnus dans le monde de la santé porte demain l’avis médical pour un second avis sur internet à 295 €, hors cadre conventionnel et non remboursé par l’assurance maladie. Certes, cela permet d’estimer la valeur de l’avis en second recours, mais nous éloigne de notre code de déontologie.
Pendant de temps, les actes des para-médicaux et des sages-femmes, au fur et à mesure des négociations ont été revalorisés et pour certains rémunérés à hauteur de l’acte médical portant à croire que l’on veut lisser le tout vers le bas. Un médecin ne peut être valorisé au même niveau qu’un paramédical ou qu’une sage-femme. Nous refusons cette médecine au rabais avec ses conséquences pour la santé des patients.
La valeur de la CS, qui est aujourd’hui à 23 €, n’a pas bougé depuis 18 ans (elle était à 22,87 € en 1997), le point travail de la CCAM des actes techniques n’a pas évolué depuis 2004. C’est une honte et indigne de la part du gouvernement et de la CNAM. Les médecins ont, durant toutes ces années, contribué au bien-être et à la santé de la population, et manquent cruellement de reconnaissance, ils doivent être honorés.
Cela suffit! L’acte pédiatrique doit être rémunéré à sa juste valeur dans la prochaine convention.
Parce qu’il faut que les pédiatres libéraux puissent demain encore exercer leur métier.
Parce qu’il faut que les jeunes pédiatres aient envie de s’installer en libéral.
Je vous souhaite à toutes et à tous une excellente année 2016,
DR F. RUBEL, Président

LIRE LA SUITE
Lettre aux pédiatres21.03.2017

La Lettre aux Pédiatres n° 150

La lecture complète de cette page est réservée aux cotisants. Pour poursuivre la lecture de la page, connectez-vous ou inscrivez-vous. Voir mon statut de cotisation L'adhésion au SNPF vous permet...

LIRE LA SUITE
Lettre aux pédiatres21.03.2017

La Lettre aux Pédiatres n° 149

La lecture complète de cette page est réservée aux cotisants. Pour poursuivre la lecture de la page, connectez-vous ou inscrivez-vous. Voir mon statut de cotisation L'adhésion au SNPF vous permet...

LIRE LA SUITE
Lettre aux pédiatres21.03.2017

La Lettre aux Pédiatres n° 003

La lecture complète de cette page est réservée aux cotisants. Pour poursuivre la lecture de la page, connectez-vous ou inscrivez-vous. Voir mon statut de cotisation L'adhésion au SNPF vous permet...

LIRE LA SUITE

Adhérer

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Si vous n'avez pas encore de compte, merci de remplir le formulaire d'adhésion en ligne. L'adhésion en ligne et la création de votre compte sur le site est immédiate.

Adhérer au SNPF

Vous êtes interne en pédiatrie ?

En créant un compte sur le site du SNPF, vous bénéficiez d'un accès aux Petites Annonces ainsi qu'a la rubrique Vie Professionnelle.

Creer un compte "interne"