Actualités

Publié le 19/03/2017
À la une

Le billet d’humeur du Dr Jean-Michel Muller

Le billet d’humeur du Dr Jean-Michel Muller,

pédiatre libéral à Nice, ancien Premier Vice-président du SNPF

Voilà donc cette convention 2016, signée par des ignorants de la Pédiatrie.

Qui représente les pédiatres dans ces syndicats FMF, Le Bloc, et MG-France ?

Combien de pédiatres libéraux sur 2.600 sont adhérents à la FMF ?

Jusqu’à quand va-t-on gommer les connaissances et les compétences de médecins qui se sont spécialisés pendant au moins 4 ans exclusivement dans le domaine de la médecine de l’enfant, expertise pourtant reconnue par la population qui se bouscule dans les salles d’attente des pédiatres ?

Ce début de CCAM clinique tarabiscotée, dont on exclut en partie le pédiatre S I et S II OPTAM, et complètement les pédiatres S II non OPTAM, sera de surcroit ingérable.

Mais aussi, comment a-t-on pu exclure d’une consultation pédiatrique le petit d’homme au moment où il est le plus vulnérable, ses 28 premiers jours, en réclamant que seuls les nouveau-nés malades avérés, consultent de façon valorisée un pédiatre ? Quelle est cette prévention néonatale dont se targuent les caisses ?

Dans la même ligne, quelle folie discriminatoire a-t-elle atteint les médecins signataires pour accepter que le supplément que mérite un pédiatre appelé pour un nouveau-né en pleine nuit à la maternité ne vaille que 40 € alors qu’on le double à 80 € pour l’anesthésiste et l’obstétricien ?

Et encore, comment les signataires de tous bords ont-ils admis de ne pas rembourser au tarif opposable les patients (payant leurs cotisations sociales comme les autres) qui consultent les secteurs II non OPTAM (payant intégralement sans prise en charge par les caisses leurs cotisations sociales et ASV de la CARMF), et qui les consulteront de toute façon même si ça leur coûte ? Ce seront toujours des prestations que les caisses ne rembourseront pas pour faire des économies ? Alors même que nul n’ignore qu’à force de limiter les revenus des médecins, la fuite vers le secteur II devient une aspiration légitime d’un grand nombre de médecins et la seule possibilité de survie pour la plupart.

Les caisses prennent le risque que, dans une région donnée, une majorité de médecins  partent – pour les plus vieux du moins – en retraite anticipée, choisissent d’exercer à l’étranger, ou se tournent vers le salariat, voire même se déconventionnent et fassent des consultations comme les ostéopathes ! Cette combinaison de possibilités aurait pour conséquence de diminuer l’accès au pédiatre, et donc d’aggraver les difficultés d’accès aux soins !

Cette convention est tellement discriminatoire vis à vis des spécialistes en pédiatrie ambulatoire, et tellement éloignée du terrain pédiatrique qu’on peut se demander si cette volonté de nous nuire ne nécessiterait pas une plainte devant le défenseur des droits ! Entrons nous là-dedans ? Sommes-nous victimes d’actes discriminatoires ? (actes fondés sur les distinctions opérées entre les personnes physiques en raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée).

Car c’est bien notre origine qui nous pénalise : Nous avons eu le tort de nous spécialiser dans la Médecine de l’enfant !

Lire aussi :

Communiqué de presse05.12.2017

Stratégie nationale de santé, volet enfance : les pédiatres et leurs propositions oubliés

Les pédiatres rappellent leur rôle dans la prévention, le dépistage et la prise en charge précoce de toute pathologie pouvant entraver le bon développement de l’enfant. La pertinence des soins,...

LIRE LA SUITE
Flash info24.11.2017

Accessibilité : les contraintes paperassières se poursuivent !

Flash info du 24 novembre 2017 2017-11-24 Flash info pdf Accessibilité : les contraintes paperassières se poursuivent ! Depuis le 30 septembre dernier, un registre d’accessibilité doit être mis en place à...

LIRE LA SUITE
Lettre aux pédiatres19.12.2018

Editorial de la lettre aux pédiatres 160

L’année éditoriale s’achève avec un (très) long    compte-rendu du conseil d’administration de VOTRE syndicat, le SNPF. Nous vous invitons à prendre le temps de le lire pour vous rendre compte...

LIRE LA SUITE
Flash info17.01.2019

Flash info du 17 janvier 2019 : ROSP et forfait structure 2019

Bulletin d’information des pédiatres du jeudi 17 janvier 2019 ROSP et FORFAIT STRUCTURE 2019 (rémunérations sur objectifs de santé publique calculées sur l’année 2018) SNPF_Flash_info_1  

LIRE LA SUITE
Lettre aux pédiatres19.12.2018

La lettre aux pédiatres n°160

page 2 : Editorial. page 4 : Rapport de la Présidente. page 6 : Quelle politique pour l’avenir de l’exercice pédiatrique ? Comment revaloriser l’activité des pédiatres ? page 8...

LIRE LA SUITE
Flash info28.11.2018

Flash info SNPF du mercredi 28 novembre 2018

Bulletin d’information du mercredi 28 novembre 2018 Flash info 2018.11.28

LIRE LA SUITE

Adhérer

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Si vous n'avez pas encore de compte, merci de remplir le formulaire d'adhésion en ligne. L'adhésion en ligne et la création de votre compte sur le site est immédiate.

Adhérer au SNPF

Vous êtes interne en pédiatrie ?

En créant un compte sur le site du SNPF, vous bénéficiez d'un accès aux Petites Annonces ainsi qu'a la rubrique Vie Professionnelle.

Creer un compte "interne"